Les armes antichars

Des armes de défense antichars individuelles comme le Panzerfaust aux armes collectives comme le Pak, la Wehrmacht et ses ingénieurs ont mis en place des armements des plus efficaces pour la lutte contre les blindés. Voici une présentation de chaque type d'armes antichars (fusils, canons, mines, lance-roquettes, grenade ...)

Armes antichars individuelles: Panzerfaust 60 / Panzerschreck 

Armes antichars collectives:  Pak 40 de 7.5cm / Flak 36 de 8,8cm

Les armes antichars individuelles

Panzerfaust 60Le Panzerfaust 60 est un lance-roquettes à usage unique très efficace et pouvant percer n'importe quel blindé allié. Appelé aussi "Faustpatrone 3" et traduit "poing blindé", il propulse la tête explosive de 127g à 45m/sec. Sa portée de 60 mètres obligeait le soldat à se rapprocher du blindé. Cet engin pesait 7.25kg et pouvait percer 200mm. C'est un lance-roquettes sans-recul avec hausses de visée à 30, 60 et 80m qui mesurait 1.04m. La tête explosive creuse était envoyée du tube vide, par une charge propulsive au Propergol (combustible ensuite utilisé pour les fusées). Cette arme ne possédait pas de recul car la poussée des gaz sur la queue empennée du projectile était compensée par le jet de gaz sortant de l'arrière du tube. Ce jet de gaz produisait une flamme et une fumée blanche conséquente dévoilant ainsi la position de son utilisateur après tir. Du Faustpatrone 30 au Panzerfaust 100, 6 millions d'exemplaires sortirent d'usine. Même si les Panzerfaust était à usage unique, les tubes vides étaient souvent renvoyés en usine pour être réarmés. Les modèles Panzerfaust 150 et 250 étaient en cours de développement à la fin de la guerre, ils étaient censés être rechargeables. Ces prototypes inspirèrent le fameux RPG-7 russe que l'on connaît aujourd'hui. Cette arme pouvait être servit par un seul homme.


 

RPzB 43 PanzerschreckDans la lutte contre les chars le Panzerschreck a su s'imposer comme le moyen antichar d'infanterie le plus efficace du second conflit mondial. Avec sa portée de 120m bien supérieure à celle du Panzerfaust, le Panzerschreck était désignée comme l'arme par excellence en combat rapproché. Cette arme se traduit littéralement comme "la terreur du char" mais son véritable nom est le Raketen Panzerbüsche 43 ou RPzB 43 Panzerschreck. Des exemplaires de Bazooka M1 aurait été capturé en Afrique en 1943, inspirant ainsi le Panzerschreck. Le projectile utilisé marchait sur le principe de la charge creuse. La roquette de 88mm était propulsée par un petit moteur de fusée et par l'impulsion du tir à 105m/sec. Le lance-roquettes pesait 11kg avec le bouclier et pouvait percer tout comme le Panzerfaust 200mm de blindage. Le RPzB 43 mesurait 1.64m et pouvait tirer deux projectiles à la minute. La roquette en elle-même pesait 3.27kg et devait être chargée par l'arrière de l'arme. Une amélioration de cette arme la fit changer de dénomination: le RPzB 54 était né. Bien sûr, cette arme était rechargeable et donc réutilisable. Il fut produit au nombre 314 895 exemplaires avec 2 218 400 roquettes. Il a besoin d'être manié par deux soldats entraînés: un chargeur et un tireur. Le chargeur devait se tenir légèrement derrière à gauche du tireur pour éviter le recul de l'arme. Les soldats le surnommait affecteusement "Ofenrohr" ou "tuyau de poêle" et il était très redouté des blindés alliés. 

Les armes antichars collectives

Pak-40 de 7.5cmLe Panzerabwherkanone 40 de 7,5cm est une arme antichar allemande conçue pour remplacer les Pak 36 et 38 qui se sont révélés insuffisants face aux blindés français et russes. Le Pak 40 est une arme créée en 1939 mais fabriquée à partir de 1941 en série. Ce fut l'arme antichar la plus produite de l'armée allemande de 1942 à 1945. Contrairement à ses prédécesseurs, il ne pouvait plus être tracté par des camions et autres véhicules légers. Il nécessitait maintenant un tracteur d'artillerie ou un half-track. Il pouvait pivoter sur angle réduit de 65° de gauche à droite lorsqu'il était fixe. Il pouvait tirer plusieurs types d'obus différents: 

  • des obus Panzergranate 39 ou Pzgr 39 de type APCBC
  • des obus Panzergranate 40 (HK) ou Pzgr 40 (HK) de type APCR à noyau de tungstène
  • des obus Panzergranate 40 (W) ou Pzgr 40 (W) de type APCR à noyau de "fer doux"
  • des obus Granate Hohlladung 38 modèle​ A,B et C, de type HEAT
  • des obus Sprenggranate 34 de type HE (voir les munitions utilisées)

Ce canon était destiné à contrer les T-34 et autres chars russes pour remplacer le Pak 36 de 37mm et le Pak 38 de 50mm. Sa portée utile de 1800m était appréciée de ses utilisateurs pour détruire les blindés alliés à longue distance. Le canon pouvait descendre jusqu'à -5° et monter jusqu'à +22°. Il pèse 1.425 tonnes en position fixe et 1.5 tonnes avec son train de transport ce qui limitait sa mobilité. Son canon de 75mm L/46 (46 calibres de longueur) mesurait 6.2m de longueur et pouvait percer jusqu'à 97mm de blindage à 1000m sous un incidence de 30° (Pzgr 40). 4 à 5 hommes suffisaient à le mettre en batterie. Une équipe expérimentée pouvait lui faire tirer jusqu'à 15 coups/min (1 tir toutes les 6 secondes). Comme la plupart des canons, il était semi-automatique. De novembre 1941 à mai 1945, plus de 23 000 exemplaires furent produits, dont 11 728 rien que pour l'année 1944. Il infligea de lourdes pertes aux alliés durant la campagne d'Afrique du Nord et de Normandie. Malheureusement, il était efficace sur de longues distances et n'était donc pas propice pour des combats d'embuscade en théâtre urbain à cause de sa mauvaise maniabilité. Au moins 2 000 de ces canons auraient équipés les blindés allemands comme les Marder et les Hetzer. Il coûtait 12 000 Reichmarks à produire. 

Flak-36 de 88mmSous sa dénomination officielle, le Fliegerabwehrkanone de 88mm "acht-acht" ou "huit-huit" est légendaire sur le champ de bataille. Le Flak-36 de 88mm est la meilleure pièce antichar de toute la guerre, capable de percer n'importe lequel des chars alliés de milieu de guerre en frontal.

Il pouvait pivoter à 360° horizontalement et tirer des obus de 6 types différents: 

  • des obus Panzergranate 39 ou Pzgr 39 de type APCBC 
  • des obus de type HE
  • des obus de type APCR
  • des obus de type AP
  • des obus Granate.39 HL ou Gr.39 HL de type HEAT
  • des obus Panzergranate 40 ou Pzgr 40 de type HVAP

Ce canon était destiné à la défense antiaérienne mais l'armée allemande se rendit vite compte de ses capacités antichars. Il pouvait tirer jusqu'à 14.6km de distance en tir antichar (contre les chars) et 10.6km en tir antiaérien. Son débattement vertical peut aller jusqu'à -3° et +85°, c'est-à-dire que la dépression du canon peut descendre de 3° et monter au maximum de 85°.  Il pèse 4.983 tonnes lorsqu'il est statique pour 7.2 tonnes avec son train de transport. Il était donc déplacé par des "tracteurs" ou des camions à cause de son poids. Son canon de 88mm L/56 (56 calibres) mesurait 4.93m et pouvait percer jusqu'à 138mm de blindage incliné à 30° avec une distance de 1000m (Pzgr 40). 11 servants étaient nécessaires à son usage pour le faire cracher jusqu'à 15 à 20 obus/min (protection grâce à un bouclier). Cette arme avait un mécanisme semi-automatique, il fallait donc insérer l'obus et tirer; le canon extrayait tout seul la douille vide après-tir. Le canon était construit en trois parties, si une partie était trop usée, elle pouvait être remplacée facilement sans avoir besoin de changer le canon entier. De 1928 à 1945, l'usine Krupp produit un total de 20 754 exemplaires toutes versions comprises (canon de 36, 56 ou 71 calibres). La plupart des alliés s'accordent à dire que le Flak 88 était le meilleur canon antichar de l'époque du fait de sa haute cadence de tir et de sa capacité de pénétration de blindage. 

Ce canon utilise 6 types de munitions à voir sur l'article Les munitions (à venir)

 

 

Source : Armes et armements de la Seconde Guerre Mondiale de Alexander Lüdeke; wardrawings.be

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Date de dernière mise à jour : 10/02/2018