Les blindés légers/moyens/lourds

Les chars français en dépit de leur bon blindage, ils étaient trop faiblement armés pour détruire les chars allemands. Ils furent mals employés et leur doctrine d'emploi n'était pas adaptée au rythme imposé par la Blitzkrieg. Beaucoup de prototypes n'ont pas vu le jour. Voici une présentation de chaque type de chars (chasseur de chars, char léger, moyen et lourd et d'autres dérivés ...) 
 

Blindés légers: Hotchkiss H-35 / Renault R-35 / FCM 36 / Hotchkiss H-39 

Blindés légers/moyens: Char D1

 Blindés de cavalerie: Somua S-35

Les blindés légers français

Hotchkiss H-35Le char léger Hotchkiss H-35 est un petit blindé léger français développé en 1935 pour remplacer le FT-17 datant de la Première Guerre Mondiale. L'armée souhaitait un blindé léger et peu coûteux à produire pour accompagner l'infanterie et l'appuyer. Il fut produit à 400 exemplaires entre 1936 et 1939. Etant fait pour aider l'infanterie, il ne résista pas à son baptême du feu lors de la Blitzkrieg en mai 1940 face à des blindés allemands attaquant rapidement et en grand nombre. De plus, ce char destinait à accompagner l'infanterie de près souffrait de problèmes de masses, il était difficile à manoeuvrer en tout-terrain et risquait donc de blesser ou tuer les soldats à proximité (modifié par des chenilles plus larges et un moteur plus puissant sur le H-39)

Le Hotchkiss H-35 est armé du canon de 37mm SA 18 L/21 (100 obus) et d'une mitrailleuse Mac 31 de 7.5mm en tourelle (2400 balles). Le SA de "SA 18" signifie semi-automatique donc que le canon devait être chargé de son obus, après le tir le canon extrayait automatiquement la douille. Le H-35 était sous-motorisé avec son moteur Hotchkiss 6 cylindres de 75 chevaux mais ce défaut fut supprimé dans les versions suivantes avec un moteur de 120 chevaux plus puissant en 1938. Le Hotchkiss 35 avait un blindage de 34mm incliné à 83° sur la face frontal et 34mm incliné à 70° sur les flancs. Sa vitesse théorique était de 28km/h sur route mais à cause d'une difficulté lors de l'engagement de la 5ème vitesse (cette opération forcait les mécaniques réduisant la fiabilité mécanique de l'engin), il roulait à 15km/h en tout terrain. Sa masse de 10.6 tonnes était amortie par une bonne suspension à ressorts horizontaux facilitant sa tenue de route. Son réservoir de 180 litres lui permettait une autonomie correcte de 129km. Le H-35 mesurait 4.22m de longueur, 1.95m de largeur et 2.15m de hauteur, c'était en outre un char léger et compact. Manipulé par deux personnes, le commandant/chargeur/tireur et le conducteur, le blindé ne pouvait être utilisé efficacement car le commandant devait repérer les cibles, charger le canon, viser puis tirer. Le blindé ne possédait pas de radio par manque de place et par manque de personnel pour l'utiliser. Les systèmes d'optique offraient une vision du champ de bataille très restreinte. A cause de ce problème, le chef de char devait passer la tête en dehors de la tourelle pour bien observer la situation ce qui l'exposait aux tirs ennemis. 

Hotchkiss H-35

 


 

Renault R-35Le char de cavalerie Renault R-35 est le principal concurrent du Hotchkiss H-35 dans le développement d'un char devant appuyer l'infanterie. Ces deux blindés possédaient la même tourelle APX-R et la même arme. Mais par opposition au H-35, le R-35 était plus orienté vers de l'export. 1685 unités furent produites dont 100 partirent pour la Turquie, 41 pour la Roumanie, 54 pour la Yougoslavie et 50 pour la Pologne. En tout, 245 R-35 furent exportés vers les pays amis suite à la montée des tensions à la veille de la Seconde Guerre Mondiale. La suspension de ce char était de moins bonne qualité que celle du H-35, le train de roulement est défectueux et la vitesse du R-35 est moins bonne. Sa doctrine d'usage voulait qu'on l'employa en petit nombre en soutien d'infanterie alors qu'il aurait dû être employé en grand nombre pour repousser les vagues de Panzer. 

Le Renault R-35 est armé du canon de 37mm SA 18 L/21 (58 obus) jumelée à une mitrailleuse Mac 31 de 7.5mm (2500 balles). Le R-35 possédait un moteur Renault 4 cylindres de 85 chevaux tout comme son homologue était trop faiblement motorisé pour être efficace. Le Renault 35, blindé de 32mm sur la face avant et de 40mm sur les flancs était plutôt bien protégé pour un char de son époque. Il pouvait circuler sur 138km avec sa vitesse de croisière de 20km/h sur route et sur 80km en roulant à 12km/h en tout-terrain. Il avait un réservoir de 205 litres et consommait 149 litres pour 100km. Sa masse de 10.6 tonnes l'empêche d'avancer rapidement. En dépit d'un bon blindage, le R-35 avait comme défaut une lenteur accablante car par essence, un char doit être rapide, bien protégé et puissant. Ce blindé mesurait 4.02m de longueur, 1.87m de largeur et 2.13m de hauteur. Comme sur le Hotchkiss, seuls deux hommes composent son équipage, ce qui oblige ses utilisateurs à être "multi-fonctions". Son habitat restreint, son armement et son optique était nettement en dessous de celle de ses adversaires. 

Renault R-35

 


 

FCM 36Le blindé léger FCM 36 était un concurrent du Hotchkiss H-35 et du Renault R-35, il devait être un char d'appui-infanterie destiné uniquement à cette mission. Ce blindé fut produit à 100 exemplaires entre 1938 et 1939 par les usines FCM (Forges et Chantiers de la Méditerranée). Ces chars modernes pour leur époque ne répondaient pas aux normes imposées par sa mission: il était cher (900 000 francs l'unité) et était plus lourd que prévu. 

Le FCM 36 est armé du canon de 37mm SA-18 L/21 (102 obus) et de sa mitrailleuse coaxiale de 7.5mm Mac 31 (3000 balles). Sur les 102 obus, seuls 12 étaient des obus de rupture (obus antichars), c'est-à-dire que les 90 restants étaient des obus explosifs anti-infanterie. Le FCM était équipé d'un moteur diesel Berliet-Ricardo 4 cylindres de 105 chevaux. Son blindage était de 40mm sur sa face frontale et de 20mm sur les flancs, il était équivalent aux autres chars de son époque. Il roulait à 24km/h sur route et à 12km/h en terrain difficile. Son réservoir de 217L et son moteur diesel lui conferait une autonomie de 225km sur route et de 140km hors-route, soit près du double de ses concurrents. Il pesait 12.35 tonnes pour une longueur de 4.46m, une largeur de 2.14m et une hauteur de 2.20m. Par rapport à ses adversaires, ce blindé comportait une tourelle plus légère et proposait une habitabilité supérieure (la transmission était à l'arrière du char et non à l'avant), cependant l'équipage était sur-sollicité car seuls deux hommes le prenait en charge. Il a été efficace pour la mission qui lui fut donnée mais totalement obsolète en combat contre d'autres chars. Ce blindé avait la particularité d'avoir un excellent blindage incliné qui lui donnait une haute protection et un design futuriste. Comme tous les chars de français de cette guerre ou la plupart, il n'avait pas de radio donc les informations se transmettaient par drapeaux entre chars...    

FCM 36

 


 

Hotchkiss H-39Le blindé léger Hotchkiss H-39 est une amélioration du H-35. Par rapport au H-35, le H-39 possédait un moteur plus puissant, un canon plus long donc voué à une tâche plus antichar que anti-infanterie bien qu'il excellait dans cette dernière. Le H-39 fut produit à 540 exemplaires par les usines Hotchkiss entre 1939 et 1940. 

Le Hotchkiss H-39 était maintenant équipé du canon de 37mm SA 38 L/33 (100 obus) et d'un mitrailleuse coaxiale Mac 31 de 7.5mm (2400 balles). C'est le L et le chiffre qui suit qui définit la longueur du canon, comme le canon est un L/33 il est plus grand qu'un L/21. Le nouveau canon pouvait percer 29mm de blindage incliné à 30° à 100m et 16mm à 1000m. Son blindage reste le même que celui du H-35 avec 34mm de blindage frontal incliné à 83° et de 34mm latéral incliné à 70°. Le défaut d'un moteur trop faible a été corrigé sur cette version par un moteur de 120 chevaux 6 cylindres de la marque Hotchkiss. Le moteur permettait une vitesse de 36.5km/h sur route et de 16km/h en tout-terrain, il était pourtant recommandé de rouler à 30/32km/h pour éviter une usure prématurée du moteur (en 1ère: 3.65km/h; en 2ème: 7.30km/h; en 3ème: 13km/h; en 4ème: 25km/h; en marche arrière: 4.5km/h). Il pouvait donc avoir une autonomie de 150km sur route et de 90km en tout-terrain à l'aide de son réservoir de 210L. Le Hotchkiss 39 mesurait 4.22m de longueur, 2.10m de largeur et 1.85m de hauteur. Tout comme la plupart des chars légers français, l'équipage était de deux hommes surchargés en tâche de combat et vite dépassé par ce qui se passait dehors. Il était considéré comme un des plus efficaces derrière le Somua S-35 et le B1 Bis. 


 

Somua S-35Le blindé de cavalerie Somua S-35 est souvent considéré comme le meilleur blindé français de 1940. Il combine un bon blindage un canon performant, une excellente autonomie et une vitesse élevée. C'était un des rares exemplaires de chars français à recevoir une vraie radio (portée de 5km) et non pas un système télégraphique (morse) ou des fanions. Le robuste S-35 fut produit à 430 unités et fut employé dans les DLM en majorité (Division Légère Mécanique).

Le Somua S-35 se dotait de l'excellente pièce de 47mm SA35 L/32 (118 obus) avec des obus à haute vitesse initiale (660m/sec) et d'une mitrailleuse coaxiale Mac 31, couplée au canon (2250 balles). Les obus de 47mm du S-35 perçait sans problème les blindés allemands: à 100m sous 30° d'incidence, 39mm pouvait être percé; à 1000m c'était 26mm. Son blindage frontal de 36mm et sur les flancs de 35mm, peu incliné (68°) lui conférait une bonne protection. Son puissant moteur Somua  de 190 chevaux 8 cylindres lui offrait une vitesse de 37km/h sur route et de 23km/h en tout-terrain. Le Somua S-35 se déplaçait dans un périmètre maximum de 259km sur route et 129km en tout-terrain. Le Somua 35 mesurait 5.30m de longueur, 2.10m de largeur et 2.62m de hauteur pour un poids de 20.0 tonnes. Sa tourelle monoplace élargie permettait au chef de char d'avoir assez d'aisance mais le chef était surchargé en tâches... Chargeur, tireur et chef de char pesaient lourds sur un seul homme, le radio pouvait l'aider en lui passant les obus proches de lui. Le seul souci est qu'après tir avec le canon, la radio était presque à chaque fois pulvérisée par l'éjection de la douille bouillante. Son plus grand souci était sa doctrine d'emploi sinon le char était excellent pour son époque. 

8 votes. Moyenne 4.38 sur 5.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 19/08/2017